Réussir la parfaite restauration du bâtiment du Gran Teatro Cervantes passe d’abord par le devoir de lui garder les principaux éléments de sa décoration, dont les statuettes sur sa façade.

Baptisé El Gran Teatro Cervantes, ce bâtiment  est l’un des symboles de l’immigration espagnole massive à l’époque. Fondé il y a plus d’un siècle, il était devenu la plus grande scène en Afrique.
En bas des statuettes figurant les muses classiques jouant de la lyre, de la trompette et du tambourin, le courageux emploi du béton armé (à l’époque en phase expérimentale), peut-être trop masqué par une surabondante décoration (plâtre, céramique, peinture à fresque), et l’intégration de la dimension sculpturale et de la couleur, suivant des techniques classiques et modernistes, sont les caractéristiques majeures de ce monument.

La décoration et la sculpture ont été réalisées par deux grands artistes : Federico Ribera, qui a fait spécialement le déplacement depuis Paris, où il vivait, afin de réaliser le plafond de manière magistrale, et Cándido Mata, qui a conçu les sculptures intérieures et extérieures. Le seul coût des travaux artistiques et ornementaux avait doublé le coût de l’ensemble de la construction.

Les éléments de décor (rideaux et draperies orientables) ont été effectués par le peintre italien et rénovateur de la scénographie espagnole Giorgio Busato (1836-1917), réputé pour son travail de décorateur dans les principaux théâtres espagnols de Saragosse, Oviedo, Tolède, Malaga, Séville, et jusque pour l’Opéra du Caire, où Busato avait réalisé les décors de la première d’Aïda, à la faveur de l’inauguration du canal de Suez en 1871 ; mais ses projets les plus importants ont été ceux des saisons les plus glorieuses du «El Teatro Real de Madrid ».
Le podium en bois est l’œuvre du grand maître ébéniste José de la Rosa, arrivé d’Espagne pour assurer la menuiserie et le mobilier. L’éclairage et la lumière ont été mis en place par le grand spécialiste de l’époque, Agustín Delgado, enlumineur du Teatro Real de Madrid. Pour leur part, les fenêtres à vitraux polychromes et les grands miroirs placés de part et d’autre du théâtre, de style art nouveau, ont été livrés par l’entreprise «El Paraíso » de Saragosse.