L’absence des espaces de jeux pour les petits enfants à Tanger reste l’une des graves lacunes dans la capitale du Nord.
Ne pas trouver où accompagner ses enfants pour passer un après-midi, jouer et se défouler sans être déranger par des enfants plus grands est, en effet, très décevant à la fois pour ces mômes et pour leurs parents.
Plusieurs jeunes parents ont contacté ce journal pour exprimer leur désarroi concernant l’absence d’espaces protégés et pensés aux tout petits enfants de 3 et 4 ans.
A Tanger, pour que les enfants puissent jouer quelques heures, un dimanche par exemple, il n’existe aucune bonne adresse de référence. La seule offre est assurée par des cafés offrant des petits espaces de jeux pour les enfants tous les âges confondus. Or, un enfant de 3 ou 4 ans ne joue pas de la même façon que celui de 6 ou 7 ans. Non seulement les plus jeunes ne trouvent pas de jeux convenant à leur bas âge (petites balançoires, petits manèges, petits jeux gonflables, mais en plus ils sont souvent “tabassés” par les plus grands et interdits de s’approcher à un jeu.
Cette situation qui se répète assez souvent met mal à l’aise les petits mômes et leurs parents, sortis pourtant pour passer un agréable moment en famille.
Actuellement, à Tanger, la seule grande “offre” en parcs de jeux pour enfants est assurée par le café restaurant Mnar Park, mais le parc jeux de cet établissement laisse sincèrement à désirer. Car en dehors de cette offre piscine-toboggan en été (assez chère!), durant l’hiver la majorité des espaces jeux sont hors-jeu!
Pour jouer, les plus petits sont donc obligés de se mettre dans une sorte de cage où ils sauteront et s’amuseront jusqu’à s’épuiser. Mais cet espace est déconseillé le dimanche car il devient impossible de jouer en présence de trop d’enfants.
Le second café restaurant offrant un grand espace jeux se trouve sur la route de Rabat dans une station essence. Certes l’espace est assez grand mais il reste déconseillé pour les enfants de 3 et 4 ans.
Pour y jouer il faut payer 30 DH/3 heures mais sans pouvoir observer ses enfants. Le parc est fermé et protégé par plusieurs jeunes, et les parents doivent y laisser leurs enfants et se diriger vers le café ou le restaurant qui se trouvent à quelques pas. Finalement, la séparation forcée avec les parents rend difficile qu’un petit enfant puisse joue tranquillement.
Sur la route de Tétouan, il faut faire plusieurs kilomètres jusqu’à trouver une autre station d’essence abritant un espace jeux pour enfants à l’air libre. Là aussi, parents et enfants auront les mêmes problèmes. L’offre en jeux est assez faible.
Le reste des espaces n’ont rien d’extraordinaire, ni d’exceptionnel.
Dans les 3 grands centres commerciaux de la ville l’offre “jeux pour enfants” reste très limitée et elle est bien sûr payante.
Malheureusement, les autorités locales n’ont pas encore compris que les enfants sont aussi des citoyens à part entière et pour qu’ils grandissent dans de bonnes conditions physiques et morales, il leur faut sortir, jouer et se défouler… dans les meilleures conditions également.
Aujourd’hui Tanger a besoin d’un vrai parc d’attractions et des appels d’offres devraient aussi être lancés dans ce sens.
A. REDDAM