La Pension Palace, située à la rue des postes, est en cours de réaménagement. Il s’agit du bâtiment de l’ancien Consulat espagnol de Tanger bâti en 1787 (converti plus tard en bureau de la poste espagnole). Donc un bâtiment historique où toute opération de restauration doit être autorisée par les départements de la tutelle et contrôlée du début jusqu’à la fin.
Si au file du temps, de nombreux espaces de cet édifice ont subi des changements pour le besoin de le transformer en hôtel, le bâtiment a su néanmoins garder et protéger son joli patio et sa fontaine aux Lions qui sont un magnifique chef-d’œuvre de l’architecture espagnole.
C’est une citoyenne américaine, qui se rend beaucoup à Tanger depuis Granada où elle vit, qui a remarqué ces travaux en se baladant dimanche dernier dans les ruelles de l’ancienne médina. Depuis, elle contacte tous ses amis et connaissances leur demandant d’intervenir rapidement pour sauver le patio de l’ancien Consulat espagnol et sa fontaine aux lions, ainsi que ses quatre colonnes…
Pour elle, ce serait un crime si ces éléments formant le magnifique patio soient démolis. De même pour les carreaux habillant les murs et le sol.
Voici un extrait du message de cette dame dans sa version originale en espagnole:
“La noche antes de salir de Tanger, estaba paseando en la medina y descubrí que alguien está DESTROZANDO la Pension Palace. No tienen idea del enorne interés de las columnas y paredes “marmolizadas” (una técnica que remonta siglos  MUY valorada en la época del antiguo consulado español)… están a punto de levantar los suelos preciosos de mármol con su patina maravillosa… las dos cosas irremediables si llegan a hacerse.
Al igual que el gran árbol que estan en tren de cortar en el jardin, uno de los poquísimos en toda la medina de Tánger.
Hay que intervenir URGENTEMENTE.  En cuestión de horas estas cosas pueden desaparecer, si no se han desaparecido ya.
Socorro!
Nous avons visité le chantier et obtenu l’assurance que le patio gardera son aspect de toujours, avec sa fontaine, ses colonnes, ses murs et son sol. Maintenant il reste aux autorités de la Wilaya de vérifier si le chantier respecte les normes de la protection des bâtiments historiques ou non.
Le message est passé !
A.REDDAM

Encadré
“Le bâtiment a été complètement terminé en 1787, bien qu’il y ait aussi eu des œuvres documentées entre 1832 et 1835 recueillies par Juan Bautista Vilar.
L’absence de données et de références est le dénominateur commun de ce palais, qui devient l’un des édifices les plus importants de la médina au 19e siècle et dans les premières années du 20e, mais qui a aussi pris du recul lorsque la ville moderne de Tanger commence à se construire hors des murs de la Médina. C’est alors que le bâtiment cesse d’avoir un sens et quand les légations des pays commencent à s’édifier dans la ville nouvelle, loin des rues étroites et bondées de la médina.  L’ancien palais demeure décentrée et quelque peu décalée par rapport à une ville moderne qui a élargit ses limites en oubliant son ancienne zone, et la légation en fut une. Le transfert définitif au nouveau siège consulaire eut lieu en 1918, au cours du mandat du Consul Francisco Serrat, et l’ancien bâtiment a commencé a été transformé le 18 août 1924 en poste espagnole, qui reste à cet endroit jusqu’en 1958. Par la suite, différents avatars ont donné lieu à une dénouement aussi inattendu que surprenant, qui n’a cessé d’être critiqué dans tous les milieux culturels tangérois depuis qu’il s’est produit, car l’édifice
a été vendu par l’État espagnol et transformé en une pension modeste, qui existe jusqu’à aujourd’hui.
Jusqu’à présent, le bâtiment n’a pas fait l’objet des études qu’il mérite, et il n’y a pas de monographie sur le sujet, sauf un petit rapport pionnier réalisé en 1991 par Nadia Erzini qui a donné son avis en soulignant que c’était sans aucun doute le principal bâtiment espagnol à Tanger, dont il fallait protéger la mémoire.
Source: (Articulos: www.uma.es)