Bien qu’elle possède de nombreux bâtiments et sites historiques, Tanger n’a aucun “symbole” qui la caractérise et la représente. Aucun arc, ni tour, ni une ou deux sculptures et surtout pas de statues.
Depuis la disparition de Nejma, l’énorme et belle étoile qui s’est imposée à la fin du boulevard Mohamed V, et la démolition de la statue de Ali Bay, à Béni Makada, Tanger manque de symboles.
Sa dimension gigantesque et ses lumières le soir faisaient de Nejma un joli bijou que tout le monde adoraient voir. Mais Nejma était surtout une représentation de l’étoile qui orne le drapeau national. Un message clair de la marocanité de Tanger devenue intouchable et irréprochable après les longues années du protectorat et la fin de l’époque internationale. Nejma avait sa portée politique et l’enlever de son emplacement était donc une grande erreur.
Par ailleurs, Nejma décorait bien cette partie du boulevard Mohamed V, spécialement durant les fêtes nationales au temps du règne du roi Hassan II. Les Tangérois se rappellent bien comment ce boulevard, dans sa continuité vers le boulevard Pasteur, était décoré de belles lumières, à l’occasion de la célébration de la fête du Trône, par exemple, et comment Nejma était comme une magnifique cerise sur le gâteau, tellement le décor était parfait.
Aujourd’hui, ces deux boulevards ont beaucoup perdu de leur élégance, surtout le boulevard Mohamed V depuis que Nejma n’existe plus.
Ne serait-il pas bien de redonner vie à cette place en ressuscitant sa Nejma?
A.R.