Le barrage du 9 avril souffe-t-il d’un problème technique grave qui l’empêche de garder les eaux des pluies qui tombent sur la préfecture de Tanger-Assilah ?
Les pluies de cet hiver ont été abondantes et diluviennes ayant provoqué des inondations et même des victimes.
Cependant, bien que plusieurs barrages de la région de Tanger ont atteint un taux de remplissage avoisinant les 100%, le barrage du 9 Avril 1947 a enregistré un taux de remplissage de 24,1%, avec des retenues établies à seulement 72,4 millions m3. Pourquoi ?
Naturellement quand il pleut beaucoup et durant longtemps sur une même zone, l’eau y est partout. Et sachant que c’est exactement ce qui s’est passé dans toute la zone de la région de Tanger-Tétouan (en passant par Larache et Chefchaouen) et que sur l’ensemble des barrages trois sont déjà remplis à 100% alors que la majorité des autres barrages le sont à 75% et même 98%, il reste normal de se demander pourquoi seul le barrage du 9 avril à Tanger enregistre à peine un taux de remplissage de 24,1%.

“El Hashef Nachef”
25 ans après, l’histoire se répète

Le barrage du 9 Avril 1947, appelé aussi barrage Hashef, a été mis en service en 1995. Il est situé  à environ 30 km au Sud de la ville de Tanger et à 15 km à l’Est de la ville d’Asilah. La retenue du barrage d’une capacité utile de 270 millions de m3 reçoit un apport solide de 609 000 tonnes/an à cause de l’érosion des versants favorisée par le déboisement. Elle contrôle un bassin versant d’une superficie de 216 Km2.
Une étude réalisée en 2015 par des chercheurs de l’université Abdelmalek Essaadi, dont Ismail Hilal et Amina Azouagh, avait affirmé que des foyers de pollution ont été identifiés dans les régions limitrophes du barrage.
Cette équipe avait présenté une méthode d’évaluation et de cartographie de la vulnérabilité et du risque de pollution des eaux du barrage 9 Avril 1947, affirmant que ses eaux sont connues par un taux intense de la pollution et une vulnérabilité à la contamination sur l’ensemble de son bassin versant.
Déjà durant les premieres années après sa construction, le barrage Hashef ne pouvait pas retenir les eaux de la pluie jusqu’à atteindre sa capacité totale. Durant ces années, les médias parlaient même de l’existence de grandes fissures qui empêchaient la rétention des eaux, ce qui a été entièrement démenti par les départements responsables, la Wilaya en particulier.
25 ans plus tard, le barrage du 9 avril est toujours à moitié vide/moitié rempli.
A La Dépêche on ne dira pas qu’il y existe des fissures. On préfère que les autorités expliquent ce phénomène qui reste quand même bizarre.

L’état des barrages de la région actuellement

A rappeler que le dernier rapport de la Direction générale de l’eau, relevant du ministère de l’Équipement, du transport, de la logistique et de l’eau, indique que le taux de remplissage de trois barrages situés dans la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima a atteint 100%.
Ainsi, les retenues du barrage Oued El Makhazine (province de Larache), le plus grand barrage de la région, ont atteint 672,9 millions m3, soit un taux de remplissage de 100%, précise le document.
Pour leur part, les barrages de Chefchaouen et de Nakhla (province de Tétouan) ont affiché un taux de remplissage de 100%, soit une disponibilité d’eau respectivement de 12,2 millions m3 et 4,21 millions m3.
Quant au taux de remplissage du barrage Acharif Al Idrissi (Province de Tétouan), il a atteint 99,8% (121,47 millions m3), tandis que celui d’Ibn Battouta (préfecture de Tanger-Assilah) s’est établi à 98,5%, soit des réserves hydrauliques de l’ordre de 28,7 millions m3.
Concernant le barrage de Smir (préfecture de M’diq-Fnideq), il a affiché un taux de remplissage de 88,4%, soit des retenues de 34,4 millions de m3, alors que le barrage Abdelkrim El Khattabi (Al Hoceima) a atteint un taux de 75,5% (8,9 millions m3), suivi du barrage Moulay El Hassan Ben El Mahdi (province de Fahs-Anjra) avec un taux de remplissage de 74,2% (17,4 millions m3) et du barrage de Tanger Med (65%, 14,3 millions m3).
Toujours selon le rapport, le barrage Dar Khrofa (province de Larache) a atteint un taux de remplissage de 50,9% (244,5 millions m3).
Les retenues des barrages situés dans la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima ont atteint un total de 1,232 milliard m3, soit un taux de remplissage de 71,56%.
A. REDDAM