“Quand un homme a faim, mieux vaut lui apprendre à pêcher que de lui donner un poisson”,  dit Confucius…

L’un des côté positif dans la vie sociale réside dans l’existence de nombreuses associations de jeunes qui réussissent, grâce à différentes actions et projets, à redonner espoir aux catégories démunies, redressant un peu un équilibre social pas facile à protéger.
A Tanger, l’association BAKI LKHIR se distingue par la réalisation de projets d’une nature exceptionnelle. Interview avec Yakin Maarouf, responsable communication et médias.

En très peu de temps, vous avez réalisé à “BAKI LKHIR” des projets très importants et surtout très compliqués à monter financièrement. Quel est votre secret de réussite ?

Les projets réalisés au sein de notre association est le fruit d’un travail d’équipe, une équipe composée de profils très diversifiés donc riche de nombreuses compétences toutes différentes les unes des autre, Depuis la création de notre association en Février 2020, les actions menées et réalisées notamment pendant la période du Confinement était orientées uniquement sur la distribution de paniers alimentaires et d’un repas complet pendant le mois de Ramadan. Mais après plusieurs réunions d’équipe, le constat était sans appel : ces actions ne suffisaient pas. Le comité de l’association avait l’intime conviction que ces actions ne permettraient pas d’aider durablement les familles vivant dans des situations précaires car elles restaient temporaires.
C’est pourquoi, 3 mois après, grâce à un investissement sans failles des membres fondateurs de l’association et forts du soutien financiers de nos proches ainsi que le mécénat de plusieurs entreprises, il a été naturellement décidé de s’orienter vers un nouvel horizon. L’association a décidé de porter le projet de générateur de revenus. Finalement, Il n’y a pas de recette miracle. Ce succès est le résultat des efforts fournis par les femmes et les hommes qui bâtissent BAKI LKHIR ainsi que la persévérance dans la réalisation des objectifs en mobilisant toutes les ressources à disposition.

Dans quelles circonstances vous avez eu comme groupe d’amis cette idée de créer cette association et dans quels buts exactement ?



L’idée, c’est Soulaimane Faraj, notre président qui l’a eu, il est très attaché à l’action associative depuis plusieurs années déjà. Nous avons tout de suite été  conquis par son idée et profondément motivés pour la développer. L’association est naturellement née un mois après.
Nous avons tout d’abord souhaité soutenir les familles ayant perdu leur travail et vivant dans une situation vraiment précaire pendant le confinement. Puis nous avons décidé de faire plus et d’innover dans l’accompagnement associatif en misant sur l’être humain directement : nous avons choisi de lui offrir la possibilité de devenir lui-même productif au sein de notre société. C’est ainsi qu’est né notre projet entrepreneurial. Désormais notre objectif est de faire de BAKI LKHIR une référence au Maroc pour les projets générateurs de revenus

Aider les gens démunis à se nourrir ou se vêtir est une excellente initiative que tout le monde peut faire. Mais aménager un magasin ou offrir un véhicule de transport, cela nécessite des bailleurs de fonds comme partenaires. Qui aide l’association “Baki Lkhir” et comment vous arrivez à convaincre vos partenaires financiers?



Nos actions relatives à la distribution des repas pendant le Ramadan ou des paniers alimentaires n’ont été possibles aussi efficacement et généreusement que grâce à l’accompagnement de plusieurs entreprises et individus. C’est donc naturellement que nous leur avons présenté notre nouvel objectif. Les représentants de ces entreprises citoyennes ont parfaitement saisi notre stratégie et nous ont encouragé pour son développement en continuant à nous soutenir, aujourd’hui encore, sur l’aspect financier mais également sur l’aspect logistique. Parmi les sociétés qui nous ont supporté, on peut citer Lear, Erum, Danone, Bel et ECOLO RENTEL.

Quel est votre programme pour ce mois sacré de Ramadan, sachant que le couvre-feu est à partir de 20h?

Nous envisageons distribuer 300 repas de FTOUR par jour pour les gens dans le besoin accompagnés d’un repas chaud pour le diner, la distribution se fera une heure avant le FTOUR, cette action sera accompagnée par une émission que nous avons appelé ‘’3MEL LKHIR O NSAH ‘’ qui sera diffusée sur Facebook, instagram, Youtube, émission au cours de laquelle nous rencontrerons de nombreuses personnalités Tangéroises avec chacune leurs champ de compétences.
En parallèle nous continuons à travailler sur notre objectif. Juste après le Ramadan, un nouveau projet générateur de revenus verra le jour. Et ce projet se développera en faveur, non pas d’une seule famille, mais de nombreux bénéficiaires.

Propos recueillis par Abdeslam REDDAM

BAKI LKHIR c’est :
Président : Soulaimane FARAJ 
Vice président : Othmane ABDELOUAFI 
Trésoriere : Naima EL OUARTASSI 
Secrétaire général : Hatim EL OUAZZANI 
Responsable communication et médias : Yakin MAAROUF