La vitesse et l’absence de moyens de contrôle et de dissuasion ont été à l’origine d’une grave accident de la circulation sur la route menant Rmilat à Boubana. A quelques mètres du Café Bassatine, sur la rue Sanawbar où se situé le fameux “virage de la mort“, le chauffeur d’un tracteur de camions, circulant à une vitesse hallucinante, a perdu le contrôle de son véhicule percutant plusieurs voitures qui étaient stationnées près des maisons de leurs propriétaires. Les dégâts de cet énième accident sont énormes, car non seulement le camion a endommagé des voitures, mais également l’enceinte de la villa d’un médecin cardiologue habitant cette rue. Fort heureusement qu’à cet instant personne de la famille du médecin ne se trouvait dans le jardin, sinon la catastrophe aurait été plus grave. Faut-il rappeler que les riverains de la rue Sanawbar avaient depuis longtemps réclamé aux autorités locales d’agir en imposant plus de contrôle humains et techniques sur cet axe qui constitue un vrai piège aux automobilistes inconscients du danger qu’il représente. Un radar et/ou au moins des dos d’âne obligeant les utilisateurs de cette route très dangereuse, à diminuer la vitesse de leurs véhicules. Faudrait- il attendre jusqu’à qu’il y ait des morts ou des blessés très graves pour que les autorités réagissent ?
A. REDDAM