Un dispositif spécial a été mis en place par les autorités marocaines en vue de débloquer la situation au port de Sète (Sud de France) et permettre à des centaines de MRE de fêter l’Aïd Al-Adha avec leurs proches au Maroc.
Des mesures spécifiques ont été prises, dimanche 18 juillet 2021, pour sortir des centaines de MRE d’une situation de détresse qui dure depuis plusieurs jours et leur permettre de passer l’Aïd avec leurs proches.
Ainsi, les familles concernées ont pu embarquer gratuitement à bord de Romantika, l’un des deux ferries affrétées par l’autorité portuaire Tanger Med auprès de la compagnie maritime estonienne Tallink Grupp.
En économisant le prix du billet, les bénéficiaires vont pouvoir payer les charges accumulées depuis quelques jours du parking sécurisé mis à leur disposition au port de Sète. Ceux qui veulent partir plus tard ont été logés et nourris gratuitement à l’hôtel.
Pris d’assaut depuis une dizaine de jours par des MRE, avec ou sans billets, le port de Sète a été le théâtre de troubles sans précédent, accentuées par un déficit flagrant de communication du côté des différentes parties impliquées dans la gestion de l’opération Marhaba 2021.
L’absence totale du service client de la compagnie Intershipping qui assure la liaison Sète-Tanger a davantage compliqué la situation. 
Jeudi 15 juillet, la Croix rouge a été dépêchée sur place afin de porter assistance aux voyageurs.
Dans un communiqué diffusé le 14 juillet dernier, le Préfet de l’Hérault a indiqué que “des dysfonctionnements ont été relevés dans l’organisation des premières escales des navires Victoria et Romantika les 10 et 13 juillet dans le port de Sète”.
Outre le non-respect des dates et horaires d’escale, ce même communiqué évoque des “manquements dans l’information des passagers quant aux dates et horaires d’embarquement susceptibles de générer des troubles à l’ordre public”.
Le préfet de l’Hérault note également un défaut dans les délais de transmission aux autorités des informations requises relatives aux passagers.