Membre fondateur de la clinique Assalam à Tanger, Dr Adil Akalay met en exergue, dans cette interview, les étapes d’une belle expérience, qui dure depuis plus de 20 ans déjà.
Voici la belle histoire de trois jeunes médecins qui su réussir un grand défi.

Que représente pour vous avoir fêté, samedi dernier, le 20ème l’anniversaire de la clinique Assalam? Quelle en est la symbolique ?
Il s’agit de l’aboutissement de deux décennies d’activité, d’un rêve entre 3 jeunes étudiants en médecine qui a débuté en fait il y a presque 30 ans, en 1994, et qui s’est finalement concrétisé. Il a atteint aujourd’hui après 22 ans d’activité sa maturité. La symbolique est celle d’avoir apporté au pays une ouverture vers un autre champ de prise en charge ou de traitement venant d’un pays dont la la performance médicale est reconnue mondialement. Il s’agit de la Belgique d’où est issue l’essentiel des médecins de la clinique Assalam. Après la crise du Covid-19 il devenait impératif de fêter cet aboutissement.

Jusqu’à quel point cet important établissement de la santé privée a été pour vous, jeunes médecins marocains formés en Belgique, un défi bien relevé ?
Le défit est lié au fait d’apporter non seulement ses compétences personnelles en tant que médecin spécialiste mais également un système de fonctionnement qui n’est possible que via la collaboration étroite entre plusieurs collègues travaillant en complémentarité et issus du même pays et de la même université à savoir l’université Catholique de Louvain. Même si aujourd’hui le nombre important de collaborateurs médecins est diversifié, l’empreinte belge reste bien présente.
Le second défit est celui d’apporter dans la région nord du pays et au Maroc en général des techniques et procédures médicales novatrices. On citera le premier pace maker réalisés dans le nord du pays au sein même de la clinique Assalam, la réalisation de techniques chirurgicales nouvelles dans le pays. Il s’agit notamment de la première suture méniscale du genou réalisée en mars 2014  (évitant la résection méniscale laquelle accélère la survenue de l’arthrose), la première technique de ligamentoplastie du ligament croisé antérieur du sportif par technique mini-invasive et endoscopique. Il faut citer la première intervention d’arthroplastie totale de hanche de type resurfaçage réalisée le 25/1/2009 (permettant d’opérer des patients jeunes souffrant d’arthrose de hanche). Notons également le lancement au Maroc au sein de la clinique Assalam de la chirurgie arthroscopie (mini-invasive) de l’épaule.

Tout au long de ces deux décennies d’existence et de services, la clinique Assalam a connu d’importants investissements notamment dans les équipements techniques améliorant ses prestations, mais aussi en formation professionnelle. Quels sont les principaux projets réalisés dans ce sens et quel serait le budget total investi depuis le premier jour jusqu’à aujourd’hui ?
La clinique a commencé durant ses premières années dans un esprit de simplicité occupant uniquement quelques étages du bâtiment qu’elle occupe avec un souci de performance médicale avant tout. Elle a notamment recréé le système des chambres à deux lits dans une clinique du secteur privé ! Ceci ne l’a pas empêché de connaître rapidement un succès tant auprès de la population de Tanger et ses environs qu’auprès des Marocains résidants à l’étranger retrouvant des praticiens qu’ils côtoyaient peu avant dans leur pays d’accueil.
Progressivement avec l’activité grandissante, elle a ouvert de nouvelles unités tel la réanimation médico-chirurgicale, la cardiologie interventionnelle, l’imagerie médicale…Le bloc opératoire est équipé de matériel de référence permettant des actes chirurgicaux pointus.   Afin de répondre aux normes de sécurité, de confort et d’esthétique, elle a opéré ces dernières années un lifting total occupant aujourd’hui un ensemble de 9 niveaux. L’ensemble de ces transformations a représenté un coût non négligeable.

Quels seraient aujourd’hui les points forts ou ces avantages que les citoyens (patients) peuvent trouver à la clinique Assalam et en être satisfaits ?
Le points forts de la clinique sont son réseau de médecins généralistes qui assure la permanence 24/24 et 7/7 au niveau de la clinique et que nous remercions ici de leur fidélité. Ce réseau a su évoluer au cours des années pour rajeunir son staff dans un souci de continuité et pérennité de l’offre de soins à la population de Tanger.
Le second point fort de la clinique est son personnel administratif et infirmier dont l’encadrement par les médecins sur place en a fait un personnel sensibilisé et performant.
Le troisième point fort est le pool de médecins spécialistes réunis autours des fondateurs de la clinique pour poursuivre leur mission dans la performance, la sécurité et l’étique au service de la population Tangéroise qu’ils ont décidé depuis toujours de servir en dehors de tout calcul conjoncturel.

Propos recueillis par A.R.