Si personne ne remet en doute l’extraordinaire projet de réaménagement du jardin de la Villa Harris, réalisé par l’architecte et paysagiste Mehdi Kabbage, il reste malheureusement un sentiment d’inachevé qui vient bafouer tout un effort de ce grand “artiste”.
A La Dépêche, une première alerte avait été lancée le jour même de l’inauguration de ce très beau projet et de son musée. En se promenant sur les allées de ce magnifique jardin, nous avions constaté qu’il existait encore des petits travaux qui n’ont pas été entièrement terminés. On s’était dit que c’est sûrement à cause du temps qui pressait et que les entreprises chargées de ce vaste chantier allaient revenir rapidement pour tout achever.
Plusieurs mois après, les endroits réservés aux poteaux électriques sont toujours abandonnés, la majorités de poteux installés affiche des boites de fils électriques sans aucune protection pour les centaines d’enfants qui jouent juste à côté.
Un peu partout aussi, il existe des trous où des projecteurs devaient être installés, mais sans jamais l’être, ce qui en fait des trous pièges pouvant être une source d’accidents graves pour petits et grands.
Cela fait des mois que cette situation si dangereuse existe et pourtant personne ne veut la corriger. Personne n’a voulu agir suite à notre première alerte lancée il y a plus de deux mois. C’est comme si tout le monde attend les ordres du Wali Mohamed Mhidia pour enfin réagir. Comme si, à chaque fois, le citoyen est obligé de faire appel au Wali pour que les autres responsables réagissent et fassent bien leur travail. Et c’est dommage que ces responsables ne soient pas en mesure d’assumer correctement leurs responsabilités.

Lautre grave constatation est cette absence inexplicable des agents de la sécurité. Dans ce jardin si vaste, aucun policier ne monte la garde… C’est quand-même hallucinant !
A. REDDAM