“Les projets d’investissement en matière d’hébergement touristique en cours de réalisation d’ici à 2030 permettront une augmentation de la capacité actuelle de 3000 chambre, soit pas moins de 7400 lits supplémentaires”

“L’organisation de la Coupe du Monde de 2030 rend envisageable la création d’environ 200.000 emplois directs dans le tourisme”

La formation est l’unique solution pour développer le tourisme local. Quel est  le rôle que joue la délégation du ministère du tourisme dans ce sens et quels sont les professionnels du secteur avec lesquels vous vous intéressez le plus ?

Dans la quête de développer le secteur du Tourisme tant au niveau local qu’international, la feuille de route 2023-2026, dont le contrat cadre signé le 17 mars 2023, met l’accent sur l’annonce d’une nouvelle ère pour le secteur du tourisme, axée sur l’Augmentation de la capacité aérienne vers le Royaume, le renforcement de la notoriété de la destination Maroc, l’accélération de l’investissement public/privé, la mise à niveau et le renforcement de l’offre actuelle en hébergement, le renforcement du digital et de la formation.
Le renforcement du capital immatériel et la formation font donc partie des six leviers stratégiques nécessaires pour le soutien de la feuille de route stratégique du secteur du tourisme à l’horizon 2026, c’est dans ce sens qu’une convention a été signé en septembre 2023 et lancé en novembre 2023 portant  sur trois programmes d’excellence « CAP Excellence-Tourisme », de formation de compétence hautement qualifiées «Middle Managers TS» et la formation d’excellence avec des écoles hôtelières de renommée mondiale  «Formation continue d’excellence»  adressée à pas moins de 55 profils touchant ainsi la quasi-totalité des métiers formant les maillons de la chaine de valeur touristique. Il y a lieu de signaler que ladite convention a été signée avant l’attribution de l’organisation de la coupe du monde 2030, dont les exigences sont plus importantes en terme de structure, prestation des services du tourisme, entre autres, ce qui rend envisageable une accentuation du nombre d’emplois directs à créer arrêté à 200.000 et le renforcement des postes d’emploi actuels qui représentent pas moins de 5% de l’emploi au Royaume.

Quelles sont actuellement les missions de cette délégation à Tanger, sachant que la ville se prépare à accueillir plus de touristes à partir de cet été 2024 jusqu’à la préparation de la coupe du monde 2030 ?

La Délégation se voit confier deux attributions majeures. La première concerne le développement et la promotion des investissements touristiques, aussi bien publics que privés, par le biais de la coordination et du suivi de toutes les activités liées aux aménagements et aux investissements touristiques tant pour l’hébergement que pour l’animation touristique. La seconde est le contrôle et le développement de la qualité. Ainsi, la délégation est responsable de la supervision, de la coordination, de l’orientation et du contrôle de toutes les activités liées à l’accueil, à l’animation, à la promotion et à la formation.
A ce propos, nous tenons à préciser que ce rôle majeur ne peut être joué sans la volonté et le soutien permanant qu’accorde Monsieur le Wali de la région  Tanger-Tétouan-Al Hoceima au développement du secteur Touristique.
Ainsi, et à partir de cet été, la délégation se doit de veiller à la réalisation à temps des projets d’investissement touristique en cours, veiller en conjointure avec les services de la Wilaya et en collaboration avec le centre régional d’investissement, qui joue un rôle primordiale pour le déblocage des projets en arrêt, l’attribution du foncier touristique et l’incitation  à la réalisation des projets d’animations d’une part. D’autres part, la délégation se doit aussi de veiller au maintien de la qualité de l’offre et du service du parc touristique actuel et des autres maillons de la chaîne du tourisme, restaurateurs touristiques, guides et accompagnateurs, agents voyagistes et transporteurs touristiques.

Est-ce le nombre des lits aujourd’hui à Tanger est satisfaisant ou pas encore et à votre avis de combien la ville a-t-elle besoin encore de projets hôteliers pour répondre aux besoins en termes d’hébergement ?

Tout d’abord, il va sans dire que par rapport aux projections du développement du secteur touristique comme prévu dans le cadre de la vision 2020 et précisément en matière de capacité litière tant au niveau régional que préfectoral, la cote a été atteinte, parlant d’une capacité actuelle consécutive de presque 16000 Chambres, 37.000 lits au niveau régional et 8.400 chambres et 19700 lits au niveau de la Wilaya de Tanger.
Toutefois, pour répondre aux besoins et exigence de la FIFA, des efforts considérables doivent être mis en place afin de combler une insuffisance de 3.500 chambres permettant ainsi d’atteindre les 12.500 chambres permettant à la Ville de Tanger d’abriter une demi-finale tout en sachant qu’actuellement les projets d’investissement en matière d’hébergement touristique en cours de réalisation d’ici 2030 donneront lieu ainsi à une valorisation de la capacité actuelle d’ordre de 3000 chambre, soit pas moins de 7400 lits supplémentaires.
Du point de vue qualitatif, la crainte est moindre suite à l’éblouissement attesté par la commission de la FIFA à la suite de la visite effectué sur pratiquement six unités de catégorie luxe, cinq étoiles et quatre étoiles. Un résultant ne pouvant être que le fruit du dispositif d’appui financier de l’état au profit des EHTC dans la finalité de l’amélioration de la qualité de l’offre et du service. Et c’est aussi le résultat des efforts entrepris par le service du développement et l’amélioration de la qualité de la Délégation Provinciale du tourisme de Tanger qui en fait sa quête quasi-hebdomadaire.

Les guides et les agents de voyages sont deux éléments essentiels dans le secteur du tourisme. Quelle est à votre avis le nouveau rôle des uns et des autres dans la stratégie visant un bon développement touristique national?

A la suite du dernier concours de régularisation des guides et accompagnateurs du tourisme, la préfecture de Tanger-Assilah s’est vue dotée d’une cinquantaine de nouveaux guides, et avec la mise en application de la nouvelle loi régissant le métier de l’agent voyagiste depuis décembre 2023, le nombre des agences a connu une hausse significative et prometteuse, quant à leur nouveau rôle, je pense qu’il est primordial que ces deux éléments tiennent à pallier aux problématiques et entraves dont fait face la préfecture en particulier et la région en général tels que la concurrence national et international, une offre axée principalement sur le balnéaire et le résidentiel, la saisonnalité de l’activité, et ce en tirant avantage des atouts que connaissent et la préfecture et la région, genre la diversité du potentiel naturel et richesse culturelle et immatérielle, allant du littoral passant par l’arrière-pays et SIBE et arrivant aux médinas et sites historiques, et sans ce que cela soit exhaustif, offrir des packages en actant sur la diversité des filières touristiques à titre d’exemple le Tourisme d’affaire, croisières et écotourisme.
Ces efforts devront impérativement faire l’objet d’une complémentarité réfléchie avec ce qui est de plus en plus indisponible, l’amélioration de l’offre aérienne et portuaire, des infrastructures de base notamment inter et intra-préfectorales, palier à l’insuffisance considérable du foncier touristique et le faible taux d’investissement dans le secteur de l’hôtellerie et plus encore dans l’animation touristique.

Que sera l’impact de L’adoption de la nouvelle loi 80-14 relative aux établissements touristiques sur le secteur du tourisme ?

Bonne nouvelle pour les professionnels, la nouvelle loi relative aux établissements touristiques et aux autres formes d’hébergement a été récemment adoptée par les deux chambres du parlement, revenant au fait que l’adoption de cette loi est bel et bien le fruit d’un processus de concertation public/privé et d’une étude étendue des modalités de classement à l’échelle du globe intégrant ainsi un bon nombre d’ajustements permettant d’avoir un dispositif de classement plus fiable, crédible et efficient et notamment universel. En d’autre terme l’alignement de l’offre touristique nationale sur les standards internationaux en intégrant les meilleures pratiques et en l’adaptant à l’évolution des exigences des touristes en termes de qualité, de sécurité, d’hygiène et de développement durable, ce qui rendra d’une part plausible la comparaison du développement d’un des maillons les plus importants dans la chaîne de valeur touristique et d’une autre part justifiera l’effet levier dont le pari initialement fixé lors et à l’issue de l’adoption de cette nouvelle loi.
Et ce en introduisant, sans que la liste ne soit exhaustive ; le principe d’unités d’hébergement adossées à des structures hôtelières, l’hébergement chez l’habitant, la visite mystère pour certains types et catégorie d’unités, un système dématérialisé de télédéclaration journalière des nuitées…
Et afin d’assurer une meilleure conformité de l’ensemble du parc hôtelier national aux dispositifs de la nouvelle loi, une période transitoire de 24 mois à compter de la date de publication des textes réglementaires a été accordée au profit des établissement d’hébergements touristiques classés existant pour s’y conformer.

Propos recueillis par Abdeslam REDDAM