Depuis que le tarif de 60 DH est imposé à l’entrée des grottes d’Hercule pour les visites des touristes étrangers, certains guides touristiques affirment que plus personne n’y met les pieds, au point qu’ils pensent ne plus programmer celui qui est considéré comme le site historique phare de la ville de Tanger.
A rappeler que le tarif appliqué sur les citoyens marocains est de 10 DH.
Le paiement des visites des lieux historiques et des bâtiments culturels, comme les nouveaux musées de Tanger, est une décision qui émane du département de la culture. Mais le ministère n’a commis aucune “erreur” en imposant ces tarifs.
C’est la coutume dans tous les pays du monde qui utilisent leurs patrimoines comme produits touristiques d’une grande valeur intéressant de plus en plus les touristes.
Pour les guides touristiques, ce qui dérange ce n’est pas le prix, mais la manière, l’offre général. Avant de fixer un tarif d’entrée aux grottes d’Hercule, il aurait été préférable de revoir totalement toute l’offre qui accompagne ce lieu d’une si grande importance pour le tourisme local.
Un haut lieu touristique et l’un des sites historiques marocains parmi les plus célèbres au monde qui ne propose même pas des toilettes publiques, ou un parking pour le stationnement des véhicules… donne une impression négative sur tout le pays.
C’est manifestement ridicule quand la ville et sa région espèrent atteindre une qualité des services qui soit qualifié de très bonne.
Cela fait des années qu’à La Dépêche, nous ne cessons de rappeler l’importance de ces équipements permettant d’améliorer de manière drastique la qualité d’accueil aux grottes d’Hercule.
Des toilettes, un parking moderne et sécurisé et pourquoi pas un jeu de lumières dans les grottes pour attirer les visiteurs même le soir…
Des actions qui aideront certainement à multiplier le nombre des visiteurs nationaux et étrangers à ce site.
Et cette performance permettra notamment de revoir à la baisse le prix d’entrée fixé actuellement à 60 DH, tout en faisant une meilleure recette.
A.R.