Comme chacun le sait, les marchés financiers ont été créés dans le but de rendre le maximum de gens les plus malheureux possible, le plus souvent possible, et ils remplissent parfaitement leurs missions. Aujourd’hui, ce n’est plus l’argent qui manque. Les grandes banques centrales des Etats- Unis, de l’Europe et du Japon, en ont imprimé entre 6.000 et 7.000 milliards $ depuis le début de l’année 2020. Comment comprendre cette monnaie ?

Rappel des fondamentaux de la Monnaie 
La Monnaie, c’est de l’Or 

Avant de se transmuter en papier sans valeur intrinsèque, la monnaie a pris différentes formes au cours de l’histoire, dont bien entendu celle de métaux précieux, rares et inaltérables. L’utilisation de l’or et de l’argent, en tant que moyen de paiement est attestée dans le bassin méditerranéen depuis plus de 4 000 ans avant Jésus Christ. Les deux métaux précieux continuent de piloter la valeur de la monnaie depuis un siècle, comme l’histoire économique en témoigne.
Quand le papier se déprécie, l’or flambe, jusqu’à ce que les projections inflationnistes conduisent les banques centrales à remonter les taux de rémunération de la monnaie. Donc émettre de la monnaie papier durablement à des taux d’intérêt très faibles, voir Zéro, a pour effet de réveiller la fonction monétaire de l’or, à savoir la conservation de la valeur.

La Monnaie, c’est un Bien de Consommation

Dans sa réalité biologique, l’homme mesure la valeur de la Monnaie en repas, en moyen de se chauffer, de se vêtir, de s’abriter, de se transporter etc. En un mot, en biens de consommation courante.
L’or, exprimé en pouvoir d’achat de biens de consommation, a bien conservé sa valeur depuis le XVIème siécle et probablement depuis beaucoup plus longtemps. Mais l’évolution devient plus hachée depuis  l’émission abondante de monnaies papier, depuis la fin de la convertibilité du dollar américain en or.

La Monnaie, c’est de l’Energie

Les biens de consommation sont issus de processus de transformation de l’énergie, pour en extraire la partie utilisable. Derrière la monnaie se cache ainsi la valeur de l’énergie, celle qui peut fournir un “travail” (par exemple produire un bien de consommation). Quand cette valeur énergie fluctue, la monnaie fluctue.
Les 3 monnaies “Papier”, “Or” et “Énergie” se suivent et se ressemblent. Aujourd’hui, nous entrons dans un point bas du cycle concernant les cours du pétrole. L’un des enjeux majeurs de la prochaine décennie concerne le risque de la hausse du prix de l’énergie et simultanément de la perte de valeur de la monnaie papier.
Ce scénario pèserait sur la valeur ajoutée des biens produits, et par conséquence sur la rentabilité des Entreprises.
Prenant l’exemple des USA, sa monnaie “Papier” est aujourd’hui chère et elle amorce sa dépréciation. La monnaie “Or” commence à prendre le relai, progressant de presque 35% depuis janvier 2019.

M. JOUAHRI, attention à ce que la monnaie “Énergie” ne se réveille également …
Bravo en plein dans le mille, effectivement Dar As-Sikkah n’imprime pas le pétrole.

M. JOUAHRI -Wali de Bank Al-Maghreb-
Je me permets de rappeler que depuis plus de 15 ans, les Banques centrales occidentaux ont concouru assez massivement à l’endettement de l’économie avec une politique de taux faible, voir zéro, et de la liquidité abrupte.
Ce que je dis, M. JOUAHRI, est que depuis 15 ans, on a affaibli les structures financières sur lesquelles on vit car on a fait beaucoup de Dette. Et c’est l’endettement massif qui est consubstantielle à la politique monétaire qui a été menée depuis 15 ans et c’est cet endettement massif qui fragilise le système financier.
Je me réjouis quand la banque centrale intervient lorsque la maison est en feu en apportant les liquidités nécessaires, mais je ne me réjouis pas de ce qu’il a été fait systématiquement depuis 15 ans pour affaiblir le système financier.
Sachez que:
L’endettement est un impôt différé sur les générations futures. L’endettement fabrique la décroissance de demain par la “Trappe à la liquidité”
Exemple:
Un agent économique qui est rationnel (mathématique) et à qui on lui dit qu’on veut que vous achetiez des titres obligataires d’une grande entreprise (exemple: Masen) qui participe à l’investissement énergétique écologique etc … mais on vous prévient qu’ils ne rapporteront RIEN.
Si ces titres d’obligations sont de bonne qualité, ils vous rapporteront un intérêt très faible voir même négatif c’est à dire que vous serez taxé sur cette opération.
Alors l’agent économique a qui on a dit cela, aura plutôt tendance (c’est ce qu’on appelle “Trappe à la liquidité”) à rester liquide c’est-à-dire à garder sur son compte bancaire du liquide.
Les taux directeurs proches de zéro ne peuvent pas bien se terminer car l’épargne se transférera vers des formes très liquides. Ceci est Économétriquement Mathématique.
Le problème de cette situation financière n’est dû qu’à la chute depuis plus de 10 ans de l’Investissement productif malgré cette politique monétaire du taux faible voir négatif.
Cette chute a sa raison. Lorsque vous dites à des épargnants et des investisseurs que les taux vont être faibles ou à zéro pendant, d’après des directeurs de banques centrales 20 à 50 ans, ceci est extraordinairement DÉPRESSIF c’est-à-dire qu’il n’y aurait pas de croissance économique. Car la croissance économique a toujours été consubstantielle à une augmentation des taux d’intérêt et l’histoire économique l’a toujours prouvé et démontré.
Conclusion pas de Croissance Économique donc pas d’Investisseurs.
Je vous assure, M. JOUAHRI, l’idée de dire à tous les secteurs privés, investisseurs et épargnants que vous n’allez pas être rémunérés pendant 20 à 50 ans parce qu’il y aura des taux d’intérêt très faibles voir négatifs. Ce n’est pas quelques choses qui insite les porteurs de projets, les entreprises et les épargnants à investir à Long Terme.
C’est une VÉRITÉ qui n’est pas agréable à entendre parce qu’elle ne concoure pas à la louange générale des taux bas voir négatifs. Mais je me permets de vous dire que c’est le ver dans le fruit.
La Croissance Économique que vous appelez de vos vœux et que j’appelle aussi de mes vœux, dépend de l’Investissement productif.
Donc pour maintenir cette Croissance Économique futur, il faut dégager les conditions qui permettent à l’investissement productif de fonctionner.
Modestement et Humblement
Le conseiller qui murmure à l’oreille des Hommes d’Etat
Un clin d’œil, M. le Waly de Bank Al Maghrib …
ABBA chantait en 1976 « All the things I could do, if I had a little money »
Money, money, money… mais quelle monnaie ?