Donnez un cap, sachez vous imposer sans imposer, fédérer et être à l’écoute… Ce n’est pas le profil mais les pratiques qui font les vrais leaders.
A l’heure où le style «commande et contrôle» cède la place à de nouveaux styles de management, chaque leader possède un «point idéal» naturel sur une échelle de comportements. Les managers les plus habiles élargissent leur approche pour créer à la place des «plages idéales».
Comme vous le savez tous , le leadership est une influence naturelle que va avoir un individu sur un groupe pour le fédérer et le motiver dans le but d’atteindre un objectif commun.
Le leadership se différencie du management de part son côté informel et non directif. En effet, le management correspond plutôt à la gestion et supervision d’une équipe en lui donnant des directives pour atteindre des objectifs fixés. Le leadership n’impose pas aux autres des directives mais fait en sorte d’inspirer et de motiver.
Le leader, contrairement au manager, n’a pas forcément un statut hiérarchique supérieur à ses collaborateurs. Il devient leader grâce aux actes et initiatives qu’il prend. C’est comme cela que le groupe lui reconnait son statut de leader.
Le leader est une personne qui doit être honnête, intègre, avoir une aisance relationnelle, être une personne visionnaire, être capable de prendre des décisions, avoir de l’humilité et être enthousiaste pour pouvoir motiver et faire évoluer ses collaborateurs.
Chers lecteurs, veuillez retenir que les compétences managériales s’acquièrent par la formation, le leadership repose en partie sur des qualités innées, bien qu’il puisse aussi être appris. Au sein d’une organisation, le manager correspond à un statut officiel et à une place précise dans l’organigramme. Le leader, quant à lui, est reconnu comme tel, sans forcément posséder une fonction spécifique dans l’entreprise. Il est légitimé par les autres, et non par son titre.
Bonne lecture.

Par Dr Mariam Bendriss