Les pluies des derniers jours ont provoqué l’effondrement d’une partie de la façade de l’hôtel historique et emblématique Cecil à Tanger.  Le ministère de la Culture a classé en 2017, sa façade comme patrimoine historique de la ville qui ne peut être altéré.

Selon un article des historiens Andrew Clandermond et Terence MacCarthy intitulé «Il n’y a pas de meilleure direction!  Une brève histoire sociale de l’Hôtel Cecil, Tanger », l’hôtel a été construit en 1865 et son inauguration a été diffusée par le journal Al-Maghreb Al Aksa le 25 février 1988.

C’était l’un des premiers hôtels de Tanger après le Continental, et le premier à être construit face à la mer, directement sur la plage, exactement sur l’ancienne avenue d’Espagne, aujourd’hui avenue Mohammed VI.

Il a été inauguré sous le nom d’Hotel New York, mais après quelques réformes d’agrandissement, au début du XXe siècle, il a été nommé Hotel Cecil.

L’hôtel avait des chambres spacieuses et aérées avec éclairage électrique, terrasses et gazebo, ainsi qu’un court de tennis sur gazon.

L’hôtel était un lieu de prédilection pour les familles royales telles que le prince Louis Philippe, le duc d’Orléans et petit-fils du roi Louis Philippe Ier de France, la princesse Margaret Mathilde de Saxe, le prince d’Italie Charles Murat, et la princesse Schoenburg et RB Cunninghame -Graham , entre autres.

Selon les historiens, l’hôtel Cecil aurait également été un refuge pour plusieurs journalistes comme le reporter anglais du journal “The Times”, Walter Harris, ainsi que pour des artistes tels que Douglas Fairbanks, María Guerrero et le casting de ‘La Barraca ‘, par Federico García Lorca.

Même en 1947, le roi Mohammed V y resta, lorsqu’il prononça son discours du 9 avril.

L’hôtel a commencé son déclin peu après l’indépendance du pays et est actuellement dans un état de négligence.  Les propriétaires actuels de l’hôtel ont rencontré des difficultés pour restaurer et agrandir l’hôtel, comme c’est le cas de nombreux investisseurs qui voulaient acquérir l’hôtel et changer ses façades, ce qui a été rejeté par les autorités locales de Tanger, notamment après son classement par le ministre de la culture.

Il est à noter qu’en 2011 l’effondrement du toit a fait six blessés.