Sous le titre séducteur : “Le port Tanger Ville favorise l’attractivité touristique”, Mohamed Ouanaya a signé une interview qui pouvait très bien passer avant l’ère COVID-19 mais pas du tout aujourd’hui. Alors qu’il devait plutôt mettre beaucoup l’accent sur la grande crise que vit ce port et le secteur touristique local et régional qui en dépendent énormément, insister sur la perte des croisières et proposer des solutions permettant de rouvrir les frontières, le PDG  de la Société de gestion du port de Tanger-ville, s’est limité à rappeler quelques fonctions de cette infrastructure et les projets réalisés ou encore programmés, notamment de l’importance du futur projet du téléphérique…
En lisant les réponses de Mohamed Ounaya, on a très vite cette impression qu’a part la formulation de quelques phrases sur le COVID-19, ce responsable s’est limité à répéter des passages tirés des documents officiels du projet de développement de ce port. Des textes répétés à chaque fois, mais sans aucune réelle projection des idées pour sauver une importante infrastructure et un énorme secteur comme celui du tourisme.

Petits extraits exemples :
La Covid-19 a fortement freiné le transport maritime de voyageurs. Qu’en est-il pour le port de Tanger ville ?
“…Permettez-moi d’abord de rappeler que le projet de reconversion de la zone portuaire de Tanger Ville, initié sur Hautes Instructions de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, que Dieu l’assiste, en 2010, a comme principal objectif de positionner la ville du détroit comme destination phare du tourisme de croisière et de plaisance à l’échelle internationale et sur le bassin de la Méditerranée. Il s’inscrit dans la vision royale pour le développement socioéconomique et touristique de la région du Nord du Maroc…” Trop facile de détecter que c’est bel et bien un texte tiré d’un document ou d’un rapport que M. Ounaya aurait ecrit il y a quelques années déjà.

Au sujet de la question, le PDG rappelle vite “les conséquences de la pandémie sur le tourisme et le transport maritime, rappelle comment le Pôle croisière astoppé toutes les escales programmées à Tanger et qui connaissaient depuis 2017 un trend positif de croissance, avec une demande de plus en plus grande pour de nouvelles programmations. Le Pôle ferry a dû, également, arrêter ses activités depuis le 13 mars 2020, avec toute la programmation de touristes ‘’one Day trip’’ et autres…”

Sur une question relative aux activités du port, le responsable a signalé que “…dans l’attente du retour à la normale et pour faire face à ses engagements, la SGPTV a mobilisé des
financements à travers le crédit Damane Oxygène et un crédit bancaire garanti par le Fonds de garantie des établissements publics
(FGEEP). Le montant mobilisé s’élève à 120 MDH.
Mohamed Ouanaya a ensuite abordé le thème des différents projets de développement réalisés ou prévus prochainement, indiquant que la période de crise a été l’occasion pour renforcer notre résilience, assurer tous nos engagements en termes d’infrastructures, et instaurer un dialogue fructueux avec tous nos partenaires et les parties prenantes. Ceci afin de pouvoir retrouver, dès la reprise et le plus rapidement possible, les objectifs d’avant crise sanitaire.

Il a aussi dit “Grâce à la qualité de l’infrastructure de notre port et au soutien précieux de la Wilaya, de la Région, du Conseil préfectoral et de la Commune de Tanger, on a pu drainer de grands
événements internationaux très prisés et très médiatisés, en 2022, à Tanger. C’est le cas de la «Globe40», un tour du monde à la voile au départ de Tanger. Une première dans l’histoire des tours du monde à la voile. Un autre événement important, qui se tiendra à Tanger en mai 2022, c’est la 17e Conférence Villes & Ports, une
première, également, en Afrique du Nord et qui contribuera à la promotion du Maroc et de Tanger, à l’échelle internationale, auprès du réseau mondial de l’AIVP (Association Internationale des Villes Ports). Cette association, dont nous faisons partie du bureau exécutif, rassemble des acteurs urbains,
portuaires et autres partenaires dans plus de 50 pays, avec plus de 190 membres.”
Une réponse peu certaine puisque d’ici à 2022, il n’existe aucune assurance que ces événements seront bien organisés à Tanger et que le COVID-19 serait définitivement ou même partiellement anéanti et vaincu. Mais le pire est cette absence d’indications sur un possible retour des bateaux croisières, ni même de propositions concrètes invitant les hautes autorités à accélérer, dans la prudence, la réouverture des frontières maritimes.
Comme déjà signalé dans notre précédente édition, dans l’autre rive du détroit de Gibraltar, les ports espagnols battent de nouveaux records en nombre de navires de croisières qui y font chaque jour escale.
Et c’est après cette réponse que Mohamed Ouanaya parle enfin du secteur touristique et ses composantes pulvérisées par la pandémie et la fermeture des frontières maritimes.

“Le poids économique du port de Tanger Ville est en fait très important car il intervient, de manière directe ou indirecte, à tous les niveaux de la chaîne de valeur touristique : Tours opérateurs et agences de voyages, compagnies de location de voitures, hôtels, cafés, restaurants, guides, bazars, …Tous ces acteurs ont été impactés par la fermeture des activités portuaires de Tanger Ville et vous pourriez directement le vérifier en allant à la Médina et en interrogeant les représentants des différentes associations.