“…Des documents obtenus dans le cadre de l’enquête mondiale Pandora Papers menée par le consortium international des journalistes d’investigation, révèlent que Youssef Benjelloun, ancien parlementaire du PJD, fraîchement élu à la Chambre des conseillers sous la bannière de l’USFP, détenait une société aux Bahamas qui servait à alimenter un compte en Suisse…”
Ce genre d’information ne passe jamais inaperçu.
Rapportée par le site Le Desk, également associé à ce consortium, l’enquête indique que Youssef Benjelloun, également président de la Chambre des pêches maritimes, aurait créé une société  écran aux Bahamas faisant de ce pays son “paradis fiscal”.

Selon certaines sources, Youssef Benjelloun aurait nié son intention d’une quelconque évasion fiscale. La société qu’il aurait créé (avec sa femme comme associée) au Bahamas en 2004 avait cessé d’exister en 2014, l’année même de l’annonce par le ministre des finances Mohamed Bousaid, d’accorder une exonération fiscale à toute personne qui rapatrie son argent des paradis fiscaux. Selon d’autres sources, Youssef Benjelloun aurait même déclaré avoir payé 10% du total de ses dettes au trésor de l’état.

Face à cette lourde accusation, pour se défendre l’élu à la Chambre des conseillers aurait signalé que le compte de la banque suisse aurait uniquement servi à financier les études universitaires de sa fille. Il s’agit d’un compte bancaire qui selon l’enquête serait lié directement à cette société créée au Bahamas.
Toujours selon l’enquête de Pandora Papers, le montant  révélé serait de 50.000 Dollars.

Pandora Papers est la nouvelle enquête du Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ). Elle a réuni pendant près de deux ans plus de 600 journalistes de 151 médias, et a été simultanément publiée dans 117 pays. Ce qui fait d’elle la plus grande enquête journalistique collaborative jamais réalisée.
L’ICIJ est un réseau de journalistes d’investigation basé à Washington. On lui doit notamment, depuis 2013, les Offshore Leaks, LuxLeaks, SwissLeaks, Panama Papers, Paradise Papers, Implant Files et FinCEN Files. Autant d’opérations auxquelles ont participé, en Belgique, Le Soir, Knack et De Tijd.