L’aéroport Ibn Battouta mérite une réorganisation qui s’impose mais qui tarde à venir. Avoir le label “International” c’est respecter certaines normes de catégorisation qui vont de la piste d’atterrissage jusqu’à l’accueil des voyageurs. Or, la manière comment est géré l’aéroport de Tanger laisse beaucoup à désirer.
Plusieurs erreurs notamment techniques font du passage dans cet espace une mauvaise aventure. Surtout à l’extérieur.
Le grand point noir que tout le monde critique à l’arrivée dans cet aéroport reste sa zone parking où l’arrêt des véhicules est obligatoire. Et c’est une exclusivité bien marocaine. Rares sont les aéroports où les gens sont obligés de stationner leurs véhicules dans un parking payant juste pour quelques minutes quand ils accompagnent une personne qui va prendre un avion. Dans tous les grands aéroports du monde, l’accompagnateur a le droit de stationner devant le hall d’entrée permettant au voyageur d’avoir un accès rapide à l’aéroport. Cet arrêt peut durer quelques minutes permettant au voyageur de récupérer son bagage et de saluer la personne qui l’a accompagné.
Dans tous les aéroports du monde il existe le droit au Pick-up et au drop off, sauf à Tanger où les gens sont obligés de stationner dans le parking payant. Et ce n’est pas normal. Cela ne respecte absolument pas les normes du label “international”, c’est du pure business de la part de la direction de cet aéroport.
Les gens comprenaient ces mesures durant l’époque du COVID-19 ou encore ces mesures très strictes prises contre le terrorisme.
Aujourd’hui, il n’existe aucun danger de quel nature que ce soit, mais la restriction de stationner devant l’entrée principale de l’aéroport de Tanger est toujours de rigueur, juste pour que la direction fasse une bonne recette au niveau du parking payant. Et ce n’est pas du tout logique, ni professionnel.
Pire encore, malgré la fin de l’ère COVID-19 partout, à l’aéroport Ibn Battouta de Tanger, il existe un groupe d’employés qui oblige les gens à avoir le document sanitaire. Ce formulaire qui n’existe nulle par ailleurs, au Maroc, est toujours exigé au sein de l’aéroport de Tanger par une petite mafia composée des agents de sécurité et de nettoyage. C’est un vrai scandale que cela puisse encore arriver dans un aéroport international sans que la direction n’en mette fin. C’est du vol, de l’arnaque dans les victimes sont ces personnes d’un certain âge et surtout analphabètes. De pauvres gens affairés par leur voyage, à qui ont essaient de soutirer 5 ou 10 € en leur faisant croire de les aident à remplir la fiche sanitaire.
Comment avancer et progresser dans de telles conditions si affreuses et malheureuses?
Comme dans un port, c’est dans un aéroport que le touriste et l’investisseur étranger ont leur première impression sur tout le pays.
Une raison suffisante pour mettre fin aux scandales répétés dans cet aéroport.
La balle est dans le camps des responsables de la Wilaya et il est essentiel que ces mauvaises actions soient éradiquées rapidement. Affaire à suivre !