Accueillir 4 avions en même temps et être incapable de gérer les flux à l’intérieur de l’aéroport Ibn Battouta de Tanger est inacceptable.
Peu importe d’où viennent ces voyageurs ou s’ils sont des touristes, des MRE ou des citoyens vivant au Maroc qui rentrent au pays. Le normal aurait été quils soient mieux accueillis. Et pas de cette façon là.
Alors que l’ONDA ne cesse de multiplier les messages, les communiqués et les twits confirmant l’état de bonne santé de ses aéroports, la réalité est souvent choquante, humiliante pour les voyageurs et négative pour l’image de marque du Maroc.
Alors que l’ONMT finance à coup de millions de DH les campagnes de publicité et de communication invitant les touristes, marocains et étrangers à visiter toutes les régions du Royaume, leur accueil dans les aéroports laisse beaucoup à désirer et transforme ces investissements en gaspillage.
On comprend maintenant pourquoi l’ONDA a décidé que les tests rapides du COVID-19 deviennent aléatoires et cessent d’être une obligation imposée à tous les voyageurs qui arrivent au Maroc.
Imaginez le temps que chacun de ces voyageurs devrait passer dans cette salle des arrivées en attendant son rôle pour passer le test… déjà là c’est un vrai cauchemar.
Pour le cas de l’aéroport de Tanger, juste arrêtez de dire que c’est un aéroport international. A partir de quelles normes il l’est? La dimension, l’organisation des opérations des départs et des arrivées, la fluidité durant l’enregistrement et les différents contrôles…
Tanger mérite bien posséder un vrai aéroport international. Mais en attendant, merci d’assurer une meilleure organisation de cette infrastructure de taille très moyenne.