La vie n’est pas chère à Tanger. Elle devenue insupportable pour la majorité absolue des familles au point que, face à cet enfer, les pauvres sont de plus en plus nombreux et la classe moyenne commence petit à petit à disparaître.
Les statistiques du Haut Commissariat au Plan (HCP) paraissent presque erronés comparés à la réalité que les gens retrouvent chaque jour en allant au marché, en recevant leurs factures d’eau et d’électricité, en payant les frais scolaires de leurs enfants et leurs vêtements ou tout simplement en voulant s’offrir un simple déjeuner dans un petit restaurant.
Le grand problème de Tanger est qu’il n’existe aucun contrôle des tarifs exigés par les commerces au point que tous les produits de la grande consommation sont devenus inaccessibles.
Il est vrai que c’est une situation que supportent très mal tous les Marocains, mais à Tanger les populations commencent à perdre leur patience.
Un malaise social qu’il ne faudrait pas négliger car il cache une bombe qui pourrait exploser à n’importe quel moment.

Sur un an, l’indice des prix des produits alimentaires s’est élevé à 9,3 % en septembre dernier, sous l’effet de la progression des prix des légumes (+20,9%), des fruits (+15,8%), des huiles et graisses (+10,5%), des eaux minérales, boissons rafraîchissantes et jus de fruits et de légumes (+9,4%).
L’indice des prix à la consommation (IPC) des ménages de la ville de Tanger a augmenté de 0,2% en septembre dernier par rapport au mois précédent, et de 4,6% en glissement annuel.
Les dernières statistiques du Haut-commissariat au plan (HCP), font ressortir une légère hausse de l’indice des prix à la consommation (+0,2%) entre août et septembre. Une hausse nettement plus marquée (+4,6%) par rapport à la même période l’an dernier. L’indice des prix des produits alimentaires a diminué de 0,1% en septembre dernier par rapport à août, en raison de la baisse des prix des fruits de 12,1% et des eaux minérales, boissons rafraîchissantes et jus de fruits et de légumes de 0,1%, précise la direction régionale du HCP pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima.
La variation mensuelle de l’indice des produits non alimentaires s’est accrue, quant à elle, de 0,3%, suite à la hausse des prix des divisions de l’enseignement de 0,9%, du transport de 0,7%, des biens et services divers de 0,6%, de la communication et des loisirs et culture de 0,4%, des articles d’habillement et chaussures de 0,2%, des meubles, articles de ménages et entretien courant du foyer et des restaurants et hôtels de 0,1%.
Par ailleurs, la stagnation des indices des autres divisions n’ont pas impacté l’évolution générale, précise la même source. Sur un an, l’indice des prix des produits alimentaires s’est élevé à 9,3 % en septembre dernier, sous l’effet de la progression des prix des légumes (+20,9%), des fruits (+15,8%), des huiles et graisses (+10,5%), des eaux minérales, boissons rafraîchissantes et jus de fruits et de légumes (+9,4%).
Le segment du café, thé et cacao a, lui, augmenté de 8,1%, celui du lait, fromage et œufs de 7,9%, tandis qu’on note une augmentation de 7,4% pour les viandes, de 4,4% pour les poissons et fruits de mer, de 3,7% pour les produits alimentaires non classés ailleurs. Les rubriques pains & céréales, sucre, confiture, miel, chocolat & confiserie et tabac, enregistrent des progressions respectives de 3,2%, 2,6%, et 5,4%.
La variation annuelle de l’indice des produits non alimentaires a également augmenté de 1,5%, alors que la variation des prix des divisions qui constituent les produits non alimentaires a fluctué entre une diminution de 1,2% pour la division du transport et une augmentation de 4,4% pour les articles d’habillement et chaussures.