Ali GHOUDANE Docteur chercheur en sociologie

« Une destination n’est jamais un lieu, mais une nouvelle façon de voir les choses » – Henry Miller

Par son sa situation et aspect géographiques, Tétouan et sa région dispose d’un potentiel extrêmement appréciable en matière touristique avec un climat méditerranéen frais, des réserves naturelles, des sites historiques, de nombreux édifices reconnus par l’UNESCO comme patrimoine mondial … Toutefois les sites touristiques enregistrent un manque d’infrastructures d’accueil des touristes dans de bonnes conditions. Ce secteur devrait être privilégié car il est un des secteurs clé qui pourrait contribuer au développement de l’économie.

Et c’est dans ce sens que l’on prévoit “la création d’une ville d’attraction touristique et de loisirs à Tétouan. Elle sera opérationnelle en 2026. Le choix de la zone de Tétouan est parfait pour ne pas faire l’erreur de tout aménager à Tanger comme pour le secteur industriel”[1].

Créer une ” ville d’attraction touristique”, quel en est l’objectif ? Cela veut dire quoi ? L’objectif avance-t-on “est de ne pas commettre l’erreur de tout aménager à Tanger comme pour le secteur industriel” ! Donc l’objectif est de ne pas tout concentrer à Tanger, limiter son extension et chercher vraisemblablement, ailleurs, à résoudre le problème posé en matière de pénurie en logement … Vision sage et rentable pour les deux métropoles et pour la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima.

Le projet de création d’une telle ville (peu importe le lieu de son implantation) nécessite une planification urbanistique spéciale présentant une variété de services et de produits touristiques susceptibles de satisfaire les attentes des visiteurs ou touristes nationaux et internationaux à l’horizon de la Coupe du monde 2030 ! Donc une infrastructure hôtelière et routière de qualité, des terrains de sport …

La réflexion des Responsables de la Région Tanger-Tétouan-Al Hoceima marque ainsi le rôle essentiel que peuvent jouer ces métropoles en tant que pôle d’attraction majeur au plan national.

En fait, ce site constitue d’ores et déjà un pôle touristique jouissant d’énormes potentialités touristiques variées et complémentaires en allant de Tanger à Asilah à Larache et de Tétouan à Chefchaouen vers Al Hoceïma : paysages, forêts et montagnes, plages et un riche patrimoine historique et culturel. Des potentialités non. ou mal exploitées ! Aussi divers types de tourisme pourraient y être pratiqués : tourisme, culturel, tourisme d’affaires, tourisme de montagne, tourisme balnéaire ….

Toutefois, un seul handicap demeure à surmonter : celui de la saisonnalité du secteur touristique dont a souffert et il semble qu’elle en souffre encore bien qu’on ait enregistré une progression relativement sensible la dernière décennie. Le tourisme est un phénomène particulièrement difficile à appréhender : c’est un secteur multidisciplinaire où s’entrecroisent diverses sciences telles la géographie, la sociologie, l’économie et l’écologie … En fait, le tourisme constitue un nouveau défi dans le processus de transformation des sociétés contemporaines dans la voie de la mondialisation et de la globalisation. C’est un phénomène social du monde actuel et il est considéré comme priorité socioéconomique pour ses impacts pouvant œuvrer au développement durable d’un pays ou d’une région.

En effet, malgré le contexte géopolitique mondial bouleversé, le ministère de tutelle rapporte l’enregistrement d’une affluence record d’arrivées dépassant les prévisions de la feuille de route 2023-2026 avec 14.5 millions de tourisme en 2023, plus d’un million supplémentaire (on tablait sur l’arrivée de 13.5 millions de visiteurs seulement !) et l’on prévoit l’arrivée de 20 millions de touristes en 2026 !

Bref, le projet de la création de ladite ville d’attraction touristique serait prometteur pour l’avenir de l’offre touristique de la Région Tanger-Tétouan-Al-Hoceima. Une telle initiative paraît ambitieuse, bénéfique et pourrait servir de panacée au chômage chronique des jeunes en général par la création d’emplois directs et indirects, l’insertion des Lauréats des Centres de Formation en Carrières d’Hôtellerie et Restauration dans le marché d’emploi, en particulier (sans travail !).

En outre, cette nouvelle destination constituerait un levier de développement des infrastructures et leur maintien. Cette destination nécessite ‘une planification urbaine adaptée où l’on y retrouve la bonne gestion du trafic, la qualité de la signalisation, l’accessibilité des transports publics, le développement des voies cyclables … De plus, le projet de d’extension du train de Tanger à Tétouan donnera un coup de pouce à l’ensemble l’offre touristique régionale[2].

Enfin, l’objectif de la création de cette destination est d’atténuer les complexités de la congestion touristique des villes Tanger et Tétouan, en particulier lors de la haute saison (en été) et de s’assurer que les politiques mises en place puissent faire passer les besoins des résidents de longue durée avant ceux des touristes.

[1] LA DEPECHE DU NORD Nº 1257, Nouveau contrat d’application de la feuille de route pour Tanger-Tétouan-Al Hoceima, p. 8.

[2] Le Desk, Mobilité, L’ONCF enclenche le projet d’extension du train jusqu’à Tétouan à partir de Chrafat, 2 mai 2024.