C’est dans cet état lamentable qu’un groupe de familles, qui voulait passer la journée de dimanche dernier à la plage Sol, l’ont trouvée. Un désastre absolu qui résume l’abandon de cette côte après chaque saison estivale.
A l’instar de toutes les plages de Tanger, la plage Sol à Achakkar souffre après chaque saison d’été d’un oubli total de la part des autorités locales. Elle se transforme ainsi en dépotoir des déchets, des bouteilles de plastique notamment, que les estivants inconscients du danger de leurs actes contre l’environnement, jettent partout et abandonnent sans penser aux conséquences néfastes de ces actions.
Aujourd’hui cette plage que tout le monde aime est si sale et a besoin d’une action urgente.
“On était parti à la plage pour passer l’après-midi avec des amis et les enfants. Et quand on a vu l’état de la plage on a décidé de faire le nettoyage car on ne pouvait pas laisser cette belle plage dans cet état. On a demandé des sacs poubelle au restaurant d’à côté et commencé le travail. On n’a malheureusement pas pu tout terminer car il commençait à faire froid et presque nuit.
Et un peu plus tard, deux jeunes filles nous ont rejoints. Elles sont venues exprès pour nettoyer car elles avaient vu la veille comment c’était”, a déclaré à la Dépêche du Nord S.N., la jeune femme qui accompagnait ses enfants durant cet après-midi du dimanche 29 octobre dernier.


Il y a quelques semaines à peine, les membres du Lions Club universitaire ENCG Tanger avaient programmé une grande opération de nettoyage de la plage de Merkala car elle était aussi très sale et devenue un dépôt des déchets plastiques.
Malheureusement, tous ces efforts personnels ou encadrés par des associations ne suffisent plus pour garder les plages de Tanger propres. Les autorités locales, qui sont le premier responsable de la protection de ces zones et de l’environnement local en général, sont plus que jamais “invitées” à revoir leur rôle trop timide concernant les actions à mener périodiquement pour nettoyer les plages de la ville. La commune, à travers ses propres équipes ou en partenariat avec les deux sociétés chargées du nettoyage de Tanger, doit programmer des projets de nettoyage des plages au moins quatre fois par an, soit chaque trimestre. Ce plan peut évoluer en impliquant les collèges et les lycées via une formule de sensibilisation des jeunes à l’importance de garder propres les plages et de pas jeter les déchets n’importe où et n’importe comment.
Tanger ne peut plus se permettre d’accueillir des rencontres internationales sur la protection de l’environnement et du climat, comme la MEDCOP 2023 en juillet dernier où des centaines d’experts et des acteurs du bassin méditerranéen, sans passer à l’action sur le terrain.
On se rappelle que lors de cet événement, il a été dit que “toute la région Tanger-Tétouan-Al Hoceima a comme objectif de créer un environnement propice à l’investissement, à l’emploi et à l’amélioration de la qualité de vie des habitants, tout en rayonnant sur la scène nationale et internationale”.
Cependant, la réalité est autre et les plages de Tanger en sont la preuve.