L’extraordinaire écrivaine Mouna Hachim nous offre un nouveau chef-d’œuvre qui va intéresser les experts et amoureux de l’histoire du Maroc.
Extrait  :
“Le froid était dans toute sa rigueur. De mémoire d’homme, on n’avait jamais vu une pluie aussi fine, traversant les couches d’habits et mouillant la chair transie, donnant l’impression de pénétrer jusqu’à la moelle de l’os.
À la pointe du jour, l’avant-garde almoravide, armée de longues piques et de javelots, avança sous un déluge de flots devenus rageurs ; larmes du ciel pleurant la folie des hommes assoiffés du sang de leurs frères.
Les deux armées furent bientôt en présence.
La rencontre eut lieu au pied du plateau du Guig, désert de roche calcaire aux environs de Marrakech, livré à la fureur d’un vent cinglant. C’est là que tous les partisans du prétendu Mahdi et les tribus ralliées à sa cause avaient déferlé comme une avalanche.
Ils étaient estimés à quelque quarante mille hommes, en majorité des fantassins, mais si exaltés, si pleins d’ardeur, que leurs forces en paraissaient décuplées.
À leur tête se trouvait le lieutenant almohade Abdelmoumen al-Goumy, un autre compagnon de route de Ben Toumert, venu du Maghreb central, d’une origine berbère, bien qu’il se plaise à se construire lui aussi une généalogie arabe ….
Ben Toumert était resté pour sa part, durant cette bataille, dans sa tanière rocheuse pour galvaniser, dans un prosélytisme frénétique, d’autres combattants….”

(Ben Toumert ou les derniers jours des Voilés, Editions La Croisée des Chemins, Casablanca)