L’Autorité portuaire de la baie d’Algesiras demande une solution au problème devenu endémique d’environ 200 fast ferry saisis dans des opérations contre le trafic de drogues dans le détroit de Gibraltar. Face à cette situation, l’Association unifiée des gardes civiles (Augc) a dénoncé l’État regrettable présenté par cette zone portuaire dans laquelle elle affirme également que quelque 30 navires saisis ont été noués. Cette situation “met à risque”, comme l’indique María Carmen Villanueva, secrétaire provinciale de l’Augc, aux agents qui fournissent des services dans cette unité et citoyens en général, car “ces sont empilés et un incendie pourrait causer de graves problèmes”.
Villanueva, qui craint également d’éventuels vols par des organisations vouées au trafic de drogue dans la région, comprend les problèmes bureaucratiques posés par cette situation puisque chaque fois qu’un de ces navires est saisi, une demande de destruction doit être soumise au tribunal pour qu’il l’autorise. Un processus qui est lent en raison des caractéristiques de la loi de procédure pénale, mais demande de la rapidité dans la recherche de solutions à un problème devenu endémique, car les gardes civils subissent une situation depuis des mois qui, en plus, offre une mauvaise image de saleté au port d’Algésiras. Le ministère de l’Intérieur a commencé en octobre de l’année dernière à détruire les bateaux qui s’accumulaient à l’époque dans cette zone du port algésirien, mais le taux de destruction est bien inférieur à celui des appréhensions, ce qui a de nouveau généré une accumulation de deux cents bateaux de toutes sortes dans ladite enclave, en attente du dépôt judiciaire que le Conseil a déposé.