Le navire « OPEN ARMS UNO » rejoint les moyens de sauvetage de l’ONG en Méditerranée centrale

L’ONG Open Arms a décidé, compte tenu de la dureté des missions de recherche et de sauvetage en Méditerranée centrale, d’intégrer un navire plus important à la flotte. Afin de soutenir l’Open Arms et, à terme, le remplacer dans ses fonctions, « The Open Arms Uno » vise à rester en mer le plus longtemps possible et ainsi protéger en toute sécurité la vie des plus vulnérables.

Le remorqueur Open Arms, en plus de 50 ans d’existence, a effectué l’équivalent de plus de 2 fois le tour du monde en missions humanitaires en Méditerranée centrale depuis 2017. Ce remorqueur a secouru plus de 7 300 personnes en mer et c’est le chiffre le plus important.  Cependant, le besoin d’un navire plus grand et capable de faire face aux difficultés croissantes des missions de sauvetage est devenu évident.  Depuis le début de l’année, le nombre de personnes qui ont perdu la vie en Méditerranée en tentant d’atteindre l’Europe a dépassé les 1 555, selon l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Caractéristiques du “Open Arms Uno”

Le «Open Arms Uno» a été construit en Norvège en 2000 et a servi de navire de soutien polyvalent en haute mer, effectuant des tâches de sauvetage maritime et le transport de matériaux et d’équipements en mer du Nord.
Le nouveau navire mesure 66 mètres de long, 15 mètres de large un tonnage plus de 4 fois supérieur à l’ancien remorqueur « Open Arms » et un pont de 353 mètres carrés sur lequel un hélicoptère peut atterrir en cas d’urgence et d’évacuation. .
L’« Open Arms Uno » embarquera à bord 4 bateaux semi-rigides, aussi appelés RHIB, et permettra d’accueillir environ 300 personnes ;  un numéro qui, en cas d’urgence et sans mettre en péril l’état du navire, pourrait être prolongé.  De plus, il dispose de 31 places pour l’équipage et d’un hôpital de 26 lits.
L’incorporation de ce nouveau navire constitue un tournant pour Open Arms, car il leur permettra d’atteindre plus rapidement les zones de secours et contribuera à protéger la vie d’un plus grand nombre de personnes en difficulté, en étant plus efficace dans la défense des droits humains des plus vulnérables.