Le directeur de l’Institut Cervantes, Luis García Montero, a entamé, le lundi 4 mars, un voyage de travail au Maroc, où il a inauguré à Tétouan la nouvelle salle de classe de l’école espagnole Jacinto Benavente et la nouvelle extension de la salle de classe de Martil. Cette extension, rattachée à l’Institut Cervantes de Tétouan, est située sur le campus de l’Université Abdelmalek Essaâdi, dans la ville côtière voisine de Martil. García Montero a ainsi effectué une visite dont le programme de travail a compris les Cervantes de Rabat et de Fès.
Lundi, García Montero a rencontré dans la ville de Martil Zouhair Lamrani, directeur de l’École normale supérieure (ENS) de l’Université Abdelmalek Essaâdi, pour inaugurer la nouvelle extension de l’Institut Cervantes dans ce centre universitaire. Un accord entre les deux institutions, par lequel l’utilisation de deux salles de classe universitaires permettra d’enseigner l’espagnol comme langue étrangère dans les installations de cette université.
Après la signature, une réception a été organisée à la Mairie de Tétouan où il a été reçu par Mustapha El Bakkouri, maire de la ville, et le reste des autorités communales. En outre, le directeur de l’Institut Cervantes s’est rendu au Collège espagnol Jacinto Benavente, où il a inauguré également une nouvelle salle de classe.
De même, García Montero a signé un accord de collaboration avec l’Association Tétouan Asmir pour le développement socioculturel, économique et sportif, l’une des associations les plus importants de la ville. Cette première journée de travail s’est terminée par la présentation de la revue d’art visuel, peinture, poésie et musique “PintPoeS” dans l’auditorium de l’Institut Cervantes.

Six centres Cervantes au Maroc

Mardi, García Montero s’est rendu à Rabat, où il a visité l’Institut Cervantes de la capitale et a tenu une réunion de travail avec les directeurs des six centres que l’institution possède dans le pays -Casablanca, Fès, Marrakech, Tétouan, Tanger et Rabat- pour analyser la situation de l’espagnol et les projets académiques et culturels pour cette année 2024. La délégation a par ailleurs été reçue par Enrique Ojeda, ambassadeur d’Espagne au Maroc.
Le voyage de travail s’est terminé par une visite de García Montero à l’Institut Cervantes de Fès et à ses nouvelles installations agrandies, où il a tenu une réunion avec l’équipe de direction et le personnel du centre. Plus tard, il s’est déplacé à la galerie Kacimi pour visiter l’exposition “Línea Sur-Norte. Artistes contemporains transfrontaliers” et a rencontré Fouad Mahdaoui, délégué régional de la Culture, et Nadia Berrechid, responsable régionale des activités culturelles au ministère de la Culture.
De plus, le responsable espagnol s’est rendu à la bibliothèque Al Quarauiyin, où se trouve l’ancienne collection de manuscrits andalous, accompagné d’Abdelfatah Bougchouf, son conservateur. Le dernier jour de la tournée s’est terminé par le concert Capella des Ministrers, au bastion Borj Cheikh Ahmed de la médina de Fès.
Un million et demi de personnes parlent espagnol au Maroc

L’Institut Cervantes est une institution de référence au Maroc en raison des liens historiques, culturels et économiques avec l’Espagne. L’espagnol revêt une importance considérable au Maroc, en particulier dans les régions du nord du pays, où il est largement parlé et sert de pont entre le divers héritage linguistique et culturel du royaume et du monde hispanophone.
Actuellement, près d’un million et demi de personnes parlent espagnol au Maroc, et 80.000 l’étudient dans l’enseignement formel (enseignement secondaire et universitaire). De plus, l’Espagne étant l’un des principaux partenaires commerciaux du Maroc et une destination pour les Marocains, la maîtrise de l’espagnol ouvre de multiples opportunités dans les domaines des affaires, du tourisme et de l’éducation.