Deux montants ont été déclarés concernant le réaménagement du phare du Cap Spartel. A Tanger, les responsables ont évoqué un budget de 6 millions de DH, alors qu’à Rabat, fin juin 2018, le ministre A. Amara, avait arrêté ce budget à seulement 2,7 MDH. La différence est assez grande, d’où l’importance d’un communiqué de presse expliquant où est l’erreur.

Après une année de travaux et de rénovation tous azimuts, le phare du cap Spartel s’apprête à rouvrir ses portes, en présentant pour la première fois au public un nouveau et superbe musée d’art, aménagé à l’intérieur de ce bâtiment.
A ce propos, Mohamed Chikirat, délégué régional du ministère de l’Equipement, du transport, de la logistique et de l’eau, rappelle que “ce phare est un monument vieux de 150 ans, édifié à partir de 1861 sur ordre du sultan Sidi Mohammed ben Abderrahman, au point de rencontre de Gibraltar, entre l’océan Atlantique et la Méditerranée”.
De son côté, Abdenbi Hajji, chef du pôle maritime de la région, a expliqué les raisons de la construction de ce phare en 1861, à l’instigation du sultan Sidi Mohammed Ben Abderrahman: “c’est suite au naufrage, au large de Tanger de la frégate Dona Isabel de la marine brésilienne, que le sultan, en partenariat avec les autorités espagnoles, ont décidé de construire ce phare de 24 mètres de haut, pour ‘gérer’, dès 1894, la navigation maritime”.  
Malgré les nouvelles technologies maritimes actuelles, ce phare reste l’un des plus importants du Maroc et de la région, en ce qui concerne la navigation sur le détroit de Gibraltar. 
“Quant au nouveau Musée de valorisation du phare du cap Spartel, il valorisera l’aspect culturel, avec un centre d’interprétation, qui vise à promouvoir la signalisation maritime au Maroc, et la lecture chez les enfants”, explique Najat Gharbi, responsable de la gestion de ce nouveau musée.
Un autre axe du musée explique-t-elle, porte sur la promotion du tourisme afin que le musée soit relié aux autres sites touristiques de Tanger. De même, il est prévu d’abriter au sein de ce musée des manifestations culturelles, telles que des expositions de tableaux, mais aussi d’y organiser des spectacles ou des présentations d’ouvrages.

Maintenant le phare est bien restauré et il sera bientôt ouvert au public. Reste juste qu’on nous dise quel a été le sort des 3,3MDH.